Jeuner pour le climat

Publié le par Thierry T

Rejoignez les milliers de personnes qui jeûnent pour une action conséquente sur le changement climatique. Un mouvement grandissant de jeunes, d’écologistes et de croyants montre son engagement en ne mangeant pas une fois par mois afin d’appeler les dirigeants du monde à résoudre la crise climatique.
Engagez vous en allant sur le site : fast for the climate

Bienvenue sur le blog de TT Page d'accueil Vente de timbres

En route vers la Cop21 ( Fédération protestante de France)

1) La crise climatique

Du 30 novembre au 11 décembre 2015 Paris a accueilli la 21e Conférence des parties (abrégée en COP 21) de la « Convention-cadre » des Nations Unies sur le changement climatique. Nicolas Hulot dans le journal Le Monde du 4 février 2014 avait interpellé les Eglises en écrivant : « Les Églises peuvent provoquer un sursaut de conscience face à la crise climatique ». Celles-ci n’avaient pas attendu cet appel pour s’engager sur ce terrain. Convaincues que le changement climatique n’est pas qu’une question scientifique ou économique, mais que c’est aussi une question morale et spirituelle, une question de représentation du monde et de hiérarchisation des valeurs. Tout simplement une question de justice et de paix.
Chaque 1er jour du mois sera consacré au jeûne pour le climat  en signe de solidarité avec les victimes des changements climatiques . Cette initiative interreligieuse et internationale existe dans plus de 90 pays. Elle a démarré à Varsovie en 2013 après que les Philippines aient été frappées par un typhon. Le délégué de ce pays pour les conférences de l'ONU sur le climat, Naderev « Yeb » Sano, a annoncé qu’il jeûnerait jusqu’à ce qu’un accord soit adopté par les négociateurs de l’ONU en charge du climat.
La FPF a publié un ouvrage qui traite du sujet : Terre créée, terre abîmée, terre promise… Ecologie et théologie en dialogue aux éditions Olivetan. Une dizaine de spécialistes de l’environnement et de théologiens (protestants, catholiques et orthodoxes) y ouvrent un dialogue fécond pour sortir de la culpabilité et inviter à des comportements responsables. Ils tracent un chemin pour sortir de nos peurs et nous ouvrir à l’espérance. Pour tout savoir sur la cop21 : Ma cop21.fr

actclimatenow

2) D'ou est venu l'idée du jeune pour le climat

Il y a un an, Yeb Saño commençait à jeûner pour le climat aux négociations à Varsovie.
Le 1er décembre 2014 était le jour d’ouverture de la conférence climat de l’ONU à Lima, au Pérou. Créer le plus grand jeûne à propos du changement climatique ayant jamais été tenu, sur tous les continents, parmi toutes les fois, tous les âges et attitudes , ce fut le défi !
Le site "je vote pour le climat.fr"

Site de la FPF qui participe au "jeune pour le climat"

Résultats de la conférence de Lima : un accord trouvé sur les réductions de Co2

autres articles sur ce sujet :
La transformation du climat
Les catastrophes naturelles de 2010 à 2014
Augmentation du niveau des mers 

dessin publié sur Lacroix.fr

dessin publié sur Lacroix.fr

3) Baissons notre consommation de viande rouge

Le 11 janvier, nous vous invitons ainsi à vous passer de viande, à réfléchir à l’impact de notre alimentation sur le climat, et à envisager des changements à court et moyen terme.
Selon un rapport récent de la FAO, 14,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent du secteur de l’élevage (7,1 milliards de tonnes équivalent CO2). C’est plus que l’ensemble du secteur des transports (!).
Pour être précis, en France, en sortie de magasin, 1 kg de bœuf correspond en moyenne à 28,6 kg équivalent CO2 d’émissions de gaz à effet de serre, 1 kg de poulet autour de 4 kg équivalent CO2, quand la carotte correspond à 0,2, la betterave à 0,3, la tomate en saison à 0,3, les radis de saison à 0,5, etc. (chiffres de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).
A la suite de la COP21, un des moyens les plus simples mais aussi les plus concrets et les plus efficaces, de participer à l’action pour le climat est donc de progressivement réduire sa consommation de viande, en particulier de viande rouge !
Si vous souhaitez aller plus loin, nous vous invitons à consulter la ressource « Des gaz à effet de serre dans mon assiette », aussi publié par l’Ademe en partenariat avec de nombreuses organisations.

Publié dans Planète : climat

Commenter cet article