Indiens au Brésil et barrage de Belo Monte

Publié le par Thierry T

PortuguêsLa présidente du Brésil , Dilma Roussef , a officialisé en 2012 , la construction du barrage de Belo Monte . Ce projet déstabilise déjà la vie des autochtones habitant l'amazonie et l'équilibre de biodiversité que nous apporte encore la forêt amazonienne , un des poumons de notre planète. Des pétitions en Europe et dans le monde entier circulent pour arrêter cette folie . En France , l'association Planète Amazone est en campagne

Actualité mars 2016 : Le sénateur Amaral Delcídio  (PT-MS) a révélé dans la négociation de plaidoyer dans le cadre du Lava Jato ( affaire Pétrobras) un système de détournement de trésorerie pour la  construction de l'usine de Belo Monte pour les campagnes électorales du PT et du PMDB en 2010 et 2014, selon le rapport de la revue "Isto é" ;
Le régime serait dirigé par d'anciens ministres Erenice Guerra (Casa Civil), Antonio Palocci (Finances) et Silas Rondeau (Mines et de l'énergie), selon le sénateur, et aurait déplacé environ 25 milliards $, dont R $ 45 millions détournés vers les campagnes de Dilma Rousseff et Michel Temer.
.


autre article : Raoni et la préservation de l'Amazonie

Bienvenue sur le blog de TTPage d'accueilVente de timbres

La COP 21, Conférence de Paris sur les changements climatiques se tiendra à paris du 30 novembre au 15 décembre 2015 et accueillera plus de 180 chefs d’Etats. Rattrapés par une réalité qu’ils refusent de voir et d’entendre pour raisons économiques, ces dirigeants doivent décider du sort de la planète... sans tenir compte des avertissements avisés de ceux qui savent l'écouter et en exploiter les ressources sans la détériorer de façon inéluctable. Refroidis par les échecs des précédents sommets du même genre, de grands Chefs traditionnels d'Amazonie vont donc lancer leur propre alliance et appeler les peuples indigènes et les gardiens de la nature de la planète entière à les rejoindre. Plus sur Raoni.com


autre article : contre les barrages en Amazonie

La forêt amazonienne éponge de moins en moins le carbone émis par l’homme - à lire dans Raoni.com

Les coûts de plus en plus élevés de la construction du barrage de Belo Monte ....lire



Mercredi 4 juin 2014  au conseil économique et social à Paris , une rencontre avait été organisée avec les caciques Raoni et Megaron du peuple Kayapo , Brésil précédée du film " Belo Monte une guerre annonçée" . pour en savoir plus

http://raoni.com/actualites-786.php

COUPE DU MONDE DE FOOTBALL FIFA, Brésil 12 juin - 13 juillet 2014 La campagne de sensibilisation lors de la coupe du monde s'est bien déroulée . Les symboles 'S.O.S. AMAZÔNIA' (main verte) et 'STOP BELO MONTE!' (main rouge) ont été relayés via les réseaux sociaux et sur les terrains .Le site de Raoni.com Portez, utilisez et diffusez ces deux emblèmes pour briser le mur du silence.

Sonia Guajajara est venue en  mars  en France (Paris) pour la première fois afin d'alerter la communauté internationale. C‘est l’une des personnalités indigènes les plus importantes de son pays, Sonia Guajajara parle des droits des indigènes bafoués et appelle la société brésilienne à la mobilisation, en défense de la constitution.

 


  rassemblement : le 10 décembre 2013

    J'y étais        J'y étais       

Le barrage de Belo Monte a été déclaré illégal le 25 octobre 2013 par une décision de justice qui a exigé l'arrêt immédiat du chantier. L'administration de la présidente Dilma Rousseff a eu recours à une mesure d'Urgence Nationale (mise en place sous la dictature militaire pour faire face à des menaces graves, conflits armés, guerres civiles...) pour balayer d'un revers de la main cette décision tant attendue par les détracteurs du projet, qui suscite des levers de boucliers depuis plus de trente ans.


Le rassemblement national à la défense  vendredi 15/11 a été un succès . J'y étais

Pétition en ligne 

Créé le 30 mars 2001, l'Instituto Raoni est une ONG brésilienne dont le Cacique Raoni est le président et dont la majeure partie des membres du Conseil d'Administration est issue du peuple indigène Mebengokre, une branche de l'ethnie Kayapo. On peut s'informer de la situation des  indiens sur le site Raoni.combresil-belo-monte

Les tribus autochtones ( extrait du site Raoni.com) 

Les forêts tropicales abritent parmi les dernières tribus indigènes du globe. En coupant les arbres, nous détruisons ces peuples et en même temps leur culture, leurs connaissances, leur science. L’humanité prend le risque de se priver de ce savoir. Plus de 1 000 tribus vivent dans les forêts vierges tropicales. La majeure partie d’entre elles est en voie d’extinction, luttant contre les envahisseurs qui pénètrent sur leurs terres illégalement. Leur disparition provoquerait la perte de tout leur patrimoine culturel mais aussi d’un savoir-faire dont le monde moderne a encore besoin aujourd’hui.
La faune et la flore comestibles sont rares dans la forêt amazonienne. Cependant, les Indiens ont su s’adapter à cet univers complexe et tirer parti de sa diversité. Ils se déplacent en fonction des ressources forestières et s’adaptent aux capacités de régénérescence du lieu où ils s’installent. Ils subsistent principalement grâce à la chasse, la pêche et la cueillette. Dans les sociétés traditionnelles, les Indiens dépendent entièrement, beaucoup, peu ou à peine de leurs cultures. Certains cultivateurs itinérants plantent des semences qu’ils laissent se développer seules et reviennent quelques mois plus tard pour la récolte. D’autres cultivateurs sont plus sédentaires. « Les Indiens d’Amazonie pratiquent la culture sur terres déboisées et brûlées depuis des millénaires. Conscients de la fragilité de leur environnement, les parcelles qu’ils laissent en jachère sont suffisamment petites pour que la jungle se reconstitue d’elle-même. » On a pu remarquer que les jardins abandonnés par les Indiens depuis plus de quarante ans sont deux fois plus riches en espèces que les terrains environnants. Les pratiques de gestion traditionnelle permettraient donc aux ressources de se renouveler tout en satisfaisant les besoins des Indiens. Au contraire, les défrichements massifs voués aux plantations et aux pâturages ne permettent pas à la forêt de se régénérer. « Les habitants de la forêt vierge la considèrent comme une terre nourricière, et non comme une menace. »
La Fondation nationale de l’Indien, la Funai, prétend que les intérêts des Indiens passent par leur intégration socioculturelle dans la société moderne. La population non indienne établie en Amazonie a augmenté de 1 000 % entre le milieu des années 1950 et aujourd’hui. Toutes les activités qui font venir des hommes en Amazonie apportent aussi des maladies contre lesquelles les Indiens ne sont pas immunisés, et l’alcool, qu’ils ne supportent pas. Malgré les promesses d’action, le gouvernement tarde à expulser les chercheurs d’or, mineurs et autres occupants illégaux des territoires indiens. 


La visite de Raoni en France
Raoni est venu rencontrer François Hollande le 30 novembre 2012 pour plaider la cause des peuples indiens et autochtones du Brésil face au projet de construction du barrage de Belo Monte.Il a reçu le soutien du président français 

Raoni en FranceLa construction controversée du barrage de Belo Monte, sur le fleuve Xingu au Brésil, dans lequel sont impliquées des entreprises françaises comme Alstom, a été évoquée lors de cet entretien, qui précède une visite d'Etat de la présidente brésilienne, Dilma Rousseff, en France le 11 décembre.

L'entretien s'est tenu en présence du président de l'association "Planète Amazone", Gert-Peter Bruch, et de celui de la Fondation pour la nature et pour l'homme, Nicolas Hulot.
"C'est un message d'humanité que le chef indien nous apporte ici", a déclaré Nicolas Hulot dans la cour de l'Elysée. "Le chef Raoni vient nous rappeler que les changements climatiques, la déforestation, la perte de la biodiversité vont affecter l'humanité tout entière et j'aimerais simplement que les hommes et les femmes politiques l'entendent", a-t-il ajouté.
Article repris dans Franceinter.fr


Les faits

Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d'une énorme centrale hydroélectrique (la 3ème plus grande au monde). C'est la sentence de mort pour tous les peuples vivant  près du fleuve, car le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt. Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits où vivre. La destruction de l'habitat naturel, la déforestation et la disparition de plusieurs espèces sont des faits !
Nous savons qu'une image vaut mille mots, et montre le véritable prix à payer pour la "qualité de vie" de nos modes de vie dit "modernes"
Il n'y a plus dans notre monde de place pour ceux qui vivent différemment, que tout doit être aplani, que chacun, au nom de la mondialisation, doit perdre son identité, sa façon de vivre.

Les 20 projets de barrage au Brésil qui vont détruire l'Amazonie


Participation des groupes industriels français à ces différents projets

  • ALSTOM participe à la construction du barrage de Belo Monte au Brésil 
  • GDF-SUEZ participe aux études environnementales pour le barrage de Jirau
  • EDF négocie actuellement pour entrer dans le consortium de construction du barrage de Tapajos

Une pétition à remplir

Je soutiens le Chef Raoni et les populations indigènes du Xingù et demande l'abandon
définitif du projet de barrage de Belo Monte. Pétition en ligne  

Publié dans Notre planète

Commenter cet article

maillot de foot 2016 2017 28/03/2016 05:22

article merveilleux, la description détaillée de la part je pense qu'il est bon de nous appeler!

Mariana 10/08/2015 23:58

Les faits: les faux faits. Vous êtes des radicales. Les énemis de Belo Monte ont essayé d'arrêter le projet au moins 30 fois, ont boicoté les audiences, ont boicoté les travaux, ont fabriqué des faux reports pseudo-scientifiques ... mas ils ont perdu.

Thierry T 11/08/2015 16:37

A ta remarque , je pense que les lobbying économiques sont plus forts que tout le reste , l'environnement ( et la destruction de la forêt amazonienne) et la population ( les indiens d'Amazonie ne comptent pas hélas dans la population brésilienne ..considérés comme des "sous hommes" )