le nord du Mali , une région meurtrie

Publié le par Thierry T

Avant l'intervention des militaires français , Al-Qaïda et d'autres groupes islamistes et rébelles occupaient la partie du nord du Mali, y inclus les villes historiques de Tombouctou et Gao, où ils ont installé la loi charia et luttent contre le gouvernement du Mali. Le peuple du Mali ne les soutiennent pas et souffrent énormément.
Al-Qaïda en Maghreb Islamique( AQMI) représente une menace grandissante pour la région, y inclus le Niger, où plusieurs français y ont été kidnappés. La France occupe toujours le terrain et  lutte contre les rebelles avec le support de l'ONU et les pays avoisinants.
24 juillet 2013 : crash d'un avion au nord du Mali
 

Le 2 nov. 2013 : 2 journalistes de RFI ont été froidement assassinés ...

Une situation conflictuelle connue depuis longtemps
Le nord du Mali connait la crise la plus grave depuis son indépendance. ( 1960 ) . Le Nord de son territoire est aux mains d'une coalition de circonstance entre la rébellion touarègue et les islamiste d'AQMI, tandis que le pouvoir central de transition , après un coup d'état militaire ( mars 2012) , s'avère totalement impuissant à gérer la situation.
Le président Amadou Toumani Touré a été renversé par un putsch militaire le 21 mars 2012 , car il lui a été reproché son laxisme à l'égard de la rébellion touarègue et son manque de volonté face aux agissements d'AQMI ( Al Quaida au Maghreb Islamique) .
Simultanément , la rébellion touarègue du Mouvement national pour la libération de l'Azawad ( MNLA) a proclamé l'indépendance des territoires du Nord. Une alliance de circonstance a d'abord lié le MNLA aux groupes islamistes d'AQMI et du mouvement Ançar Dine, qui ont fini par en venir aux armes. Les premiers refusant l'instauration de la charia voulue par les seconds .
Après une présidence de transition qui a duré un an (Dioncounda Traoré )  un nouveau président est élu le 11 aout 2013 : Ibrahim Boubacar Keïta .

Une tentative d'explication de la situation
Ce qui est arrivé au Mali résulte , pour partie, des conséquences de la révolution lybienne . Un pays mis au ban de la Cédéao dont il a été momentanément exclu et après de long mois de discussions,  la Cedeao ( communauté économique des états de l'Afrique de l'Ouest)  a déclaré le 16 janvier 2013 vouloir déployer des contingents au Mali . La Cedao , en 2012 avait également saisi le Conseil de sécurité de l'ONU pour qu'il entérine l'envoi d'une force africaine dans l'Azawad.
Parrallèment, plusieurs sanctions économiques prises par les différentes banques africaines ont suspendu toutes opérations en cours vers le Mali.

A propos de l'économie du Mali
L'agriculture représente 41 % du PIB et emploie 70% de la population. L'agriculture vivrière , très dépendante des conditions climatiques ne parvient pas à assurer la sécurité alimentaire du pays sévèrement affecté par la crise alimentaire qui sévit depuis l'hiver 2011 en Afrique Sahélienne. Petrole au Mali-
L'agriculture de rente, principalement du coton, place le Mali au 2ème rang des producteurs africains, après le Burkina Faso et au 12ème rang mondial. Toutefois , sa rentabilité reste très dépendante de la variation des cours mondiaux.
C'est la raison pour laquelle , le Mali a lancé une grande réforme visant à diversifier le secteur agricole . L'Arabie Saoudite et la Lybie ont déjà investi sur de vastes zones ( 100000 ha ) au détriment des populations locales.
Coté exploitations minières, le Mali est au 3è rang des producteurs mondiaux d'or derrière l'Afrique du Sud . Le fer et l'uranium vitalisent aussi l'économie du pays.
Dans le passé, le Mali vivait également du tourisme mais depuis 2011 et l'insécurité grandissante dans les régions du Sahel , ce secteur a chuté significativement.
Le Mali fait donc partie des pays les plus pauvres du monde ( 175ème sur 187 au rang IDH) et 90% des habitants vivent au dessous du seuil de pauvreté .
Le taux d'alphabétisation atteint à peine 20% et l'espérance de vie est de l'ordre de 50 ans. Cette situation justifie l'existence d'une forte immigration vers l'UE , notamment vers la France.

La persécution des chrétiens
Depuis la création d'un "état islamique" dans le Nord par les partisans d'AQMI, la Charia est systématiquement appliquée.Beaucoup de chrétiens ont fui cette région depuis le commencement des hostilités fin 2011 jusqu'à aujourd'hui. Durant cette période plusieurs églises détruites et plusieurs centaines de chrétiens tués ou massacrés. Les chrétiens fuient jusqu'à Bamako ( au sud ) mais aussi traversent les frontières jusqu'au Niger ou au Burkina Faso .
Le Mali est le 99è pays du classement de reporters sans frontières sur la liberté de la presse . Il est le 7ème pays où les chrétiens sont le plus persécutés

Le Mali aujourd'hui
L'opération militaire, lancée en janvier 2013, est remplacée par l'opération « Barkhane » le 13 juillet pour lutter contre le terrorisme dans l'ensemble du Sahel.
En 2012 au Mali, les djihadistes ont détruit 14 des 16 mausolées sacrés de la « cité aux 333 saints ». La mobilisation internationale permet une reconstruction qui renforce un islam tolérant.
Le 3 juin , l'otage français Serge Lazarevic , enlevé en novembre 2011 au Mali est apparu dans une vidéo diffusée par la chaîne Alaan, basée à Dubaï.
Le cessez le feu a été signé le 23 mai dans le nord du Mali entre les représentants du gouvernement et des trois groupes armés qui ont repris la ville de Kidal ont accepté vendredi soir l'accord proposé par l'Union africaine.

.Crash du vol d'Air Algérie au nord du Mali
les faits sur le site de RFI

25 juillet 2014 : aucun survivant au crash de l'avion qui est parti du Burkina Faso et qui avait disparu au Nord du Mali . 116 personnes à bord sont décédées incluant 50 français . 

Publié dans Geopolitique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article