L'état des lieux en République Centrafricaine

Publié le par Thierry T

Sur 5 présidents depuis l'indépendance de la Centrafrique, trois ont le pris le pouvoir par les armes. En 2013,  le général-président Bozizé a été renversé. En moins d’une semaine, des rebelles ont conquis, sans forte résistance, la moitié du territoire national ; le peuple centrafricain aspire à une paix durable, permanente. Le problème qui se trouve au cœur de ces rébellions à répétition est celui de la gouvernance démocratique. Puis ce fut le tour de Michel Djotodia début 2014 .

Page d'accueilBienvenueVente de timbres
   Mes publications Chrétiens du mondePour aller plus loin

La population est 60 % chrétienne et 20% animistes , il y a seulement 20% de musulmans .
Alors pour mieux comprendre ce qui s'y passe , voici les dernières actualités et quelques éléments de réflexion :Tableau menus pour blog thierry

2017 : Plus d’une centaine de morts pour la seule journée du 20 juin en Centrafrique ! Un terrible bilan qui en dit long sur la recrudescence des violences. La veille un nouvel accord de paix venait d’être ratifié par 13 des 14 groupes armés du pays. En mai déjà, plus de 300 personnes avaient été tuées en deux semaines.
Aujourd’hui, la population, dont la majorité se déclare chrétienne, ne comprend pas comment des groupes lourdement armés peuvent encore commettre de telles atrocités malgré la présence de soldats de l’ONU et critiquent la Cour criminelle spéciale créée en février dernier sous l’égide de la communauté internationale.


2013 à 2015 : ce qui s'est passé en R.C.A

=> 29 octobre 2015 : Le bilan de la journée de violences  à Bangui, est de quatre morts : deux musulmans, un chrétien et une personne blessée par balles qui a succombé à ses blessures. On dénombre aussi une vingtaine de blessés.Le niveau des affrontements a baissé depuis le mois dernier mais les tensions intercommunautaires restent vives à Bangui et de nombreux groupes armés continuent de sévir, ce qui a entrainé un nouveau report des élections dont le premier tour était prévu le 18 octobre.
=> 30 septembre 2015 : 61 personnes ont été tuées et 300 autres blessées après que le corps sans vie d’un jeune conducteur de taxi musulman ait été retrouvé dans le quartier chrétien de Bangui. Ces violences ont eu lieu à l’approche des élections législatives et présidentielles qui étaient prévues fin octobre. Elles ont été reportées à une date inconnue.
=> 23 juillet 2014 : les groupes rebelles en République Centrafricaine ont signé un cessez-le-feu  à Brazzaville, en République du Congo, promettant de mettre fin à la violence contre les civils, de respecter les droits humains et de mettre un terme aux discours haineux basés sur l’appartenance à une religion ou à une tribu . Cependant ceux qui ont commis des crimes , les rebelles de la Séleka ou les "anti-balaka" , restent impunis . Tant que la RCA n'établira pas un état de droit , les violences continueront . Pour en savoir plus
=> Les chefs de l’Église catholique et de la communauté musulmane centrafricaines ont appelé vendredi 21 février 2014 à désarmer les civils «infiltrés» dans les églises et les mosquées pour neutraliser miliciens et pillards qui terrorisent le pays.République centraficaine : le pays perdu
Saluant l’appel du secrétaire général à dépêcher d’urgence 3.000 hommes en renfort des forces française Sangaris et africaine Misca, l’archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga, et l’imam de la capitale centrafricaine, Oumar Kobine Layama, côte à côte, ont conjuré tous les Centrafricains de déposer les armes.
=> 15 février 2014 : Les forces internationales ont mené samedi matin à Bangui une vaste opération de désarmement des anti-balaka, des miliciens dont les médias affirment être majoritairement chrétiens ( ce fait étant démenti par la communauté chrétienne du pays)  accusés de crimes atroces contre la minorité musulmane et auxquels la présidente intérimaire a déclaré "la guerre". La suite ....
=> 10 février 2014 : Des tensions vives en RCA avec les milices "anti-balaka" qui sont responsables de violences de plus en plus importantes. La France menace ces milices et déclare que justice sera faite face à la persistance des exactions à Bangui et en Province.La semaine dernière plus de 10 musulmans connus ont été assassinés.  Face à ces exactions, de nombreux dignitaires musulmans fuient le pays . La présidente de transition, Catherine Samba Panza , ne fait apparement rien pour calmer les tensions
=> 10 janvier 2014 : Le président , par intérim ,  Michel Djotodia , a démissionné . Aux cris de « Djotodia démission », plusieurs milliers d'habitants de Bangui manifestaient vendredi aux abords du quartier de Boy-Rabe, non loin de l'aéroport, sous la surveillance de soldats français et de la force africaine (Misca). « Il nous faut une nouvelle personne pour diriger le pays », réclamait un manifestant. La situation est explosive à Bangui, capitale de la Centrafrique. Les assassinats et pillages ont certes souvent lieu loin des yeux de « Sangaris », parfois de jour, de préférence de nuit, mais un débordement majeur est toujours possible .

La Centrafrique entre pour la première fois dans l’Index Mondial de Persécution 2014; C’est la conséquence directe des terribles violences qui ont suivi le coup d’Etat du mois de mars 2013, lors duquel une coalition de rebelles, la Séléka, a chassé le président François Bozizé du pouvoir tout en s’en prenant aux chrétiens. Au moins 13 pasteurs y ont été tués et un grand nombre de femmes ont été violées l’année dernière.


Sanctionner les auteurs d'exactions , un article du monde du 4/12/2013


=> Novembre 2013
Du au chaos ambiant qui demeure dans ce pays , et depuis le 23 mars 2013 , date à laquelle les rebelles de la coalition Seleka ont pris le pouvoir , le pays est à l'aube d'une guerre civile . C'est la raison pour laquelle la France a décidé d'envoyer des militaires ( 1 millier ) là bas . Les chrétiens , majoritaires dans le pays , sont de plus en plus menacés ....25 novembre , un village chrétien massacré ..
=> Octobre 2013
Malgré la dissolution officielle de la "Seleka", des milliers de chrétiens sont attaqués par des groupements intégristes musulmans .

. "L'appel de Bangui " a été lancé le 6 octobre qui demande officiellement à la communauté internationale d'agir.

=> Septembre 2013 :
le 11 : des partisans du président déchu François Bozizé ont attaqué des positions de la Seleka et des civils de confession musulmane. Depuis le début du mois , on assiste à un regain de violence à Bossangoa. Le bilan fait état d’une centaine de morts et des maisons incendiées.
le 14 : La présidence de la transition vient d'annoncer plusieurs décisions : en premier lieu, la dissolution de la Seleka, coalition rebelle de 25000 hommes qui a porté Michel Djotodia au pouvoir.

le président Mchel Djotodia le président Michel Djotodia

Les tensions restent vives après les violences du week-end denier. Beaucoup d'observateurs qualifient la situation d'explosive. D'autant que dans la région, certains civils sont armés.

=> 23 mars 2013
Les rebelles centrafricains de la coalition Séléka ont pris Bangui dimanche matin, après une offensive éclair mettant en fuite le président François Bozizé, au pouvoir depuis dix ans et qui était introuvable dans la soirée.


Mieux connaître la République Centraficaine

Un peu de géographie : La République Centrafricaine est en Afrique Centrale . Ses frontières : le Cameroun à l'Ouest , le Sud Soudan à l'est , Le Tchad et le nord Soudan au Nord, et le Congo et la République démocratique du Congo au Sud. 4 400 000 Habitants avec une densité de 7 habitants / km2 .
Politique intérieure : François Bozizé , président de la République Centraficaine déchu , avait remporté les élections en janvier 2011 avec 66.4% des voix. Reportées à plusieurs reprises , pour des raisons financières et d'organisation, ces élections avaient nécessité une modification de la constitution pour maintenir le pays dans la légalité. L'opposition , regroupée derrière Martin Ziguélé, avait qualifié de "mascarade" ces élections.
Rappelez vous , le 13 Mars 2003, BOZIZE (ex chef rebelle) fit une entrée triomphale dans la capitale Bangui et s’affichait aux yeux de la population comme le véritable libérateur à qui le peuple a donné carte blanche pour le représenter sans compter les multiples financements extérieurs jamais enregistrés dans l’histoire de la République Centrafricaine dont il put bénéficier.
Le parti du président , le Kwa na Kwa ( "le travail rien que le travail") avait également remporté une large victoire aux législatives , boycottées au second tour par l'opposition.
Sur le plan économiqe , la RCA n'attire pas suffisamment les bailleurs internationaux et le climat des affaires n'incite pas les investisseurs étrangers à prendre des risques.

La paupérisation s'accentue notamment dans les zones rurales où 14% seulement a accès à l'eau potable. Le chomage chez les jeunes s'accentue également exponentiellement. De plus , la sécurité dans le pays est préoccupante: l'Etat est incapable de faire face aux bandes armées "les coupeurs de route" sur les frontières du Nord-Est , au Front Populaire pour le redressement ( FPR) et aux groupuscules de l'Armée de résistance du Seigneur qui se livrent à des exactions sur les populations.

Politique extérieure : La RCA conserve des relations priviliégiées avec la France ( elle est membre de l'OIF) mais elle vise à diversifier Centrafrique carte afriqueses partenaires notamment avec la Chine , l'Afrique du Sud et le Maroc.
L'Union Européenne dispose d'une délégation à Bangui.
La RCA est membre de la Cemac et de la CEEAC

Economie :La RCA est un des pays les plus pauvres de la planète, , classé au 179 ème rang IDH . Le PIB par habitant est de 483$ ( France : 41151 $ )
En République Centrafricaine, près de 70% de la population vit sous le seuil de pauvreté. ( action contre la faim )
Les deux piliers de l'économie du pays sont l'agriculture et les ressources minières.
L'agriculture représente 55% du PIB et emploie 70% de la population. L'agriculture vivrière assure tout juste les besoins alimentaires du pays et l'agriculture de rente ( café, coton , tabac) , malgré une production en hausse en 2011 , est handicapée par la médiocrité de la logistique.
La filière bois est en constante augmentation .
Les ressources minières ( diamants, or , uranium) sont importantes , le gisement aurifère de Passendro est exploité par une société Canadienne (AXMIN) , la Chine a commencé l'exploration pétrolière de certaines zones.
Pays enclavé , la RCA souffre de son manque de ressources énergétiques et de la faiblesse de ses intrastructures. L'UE s'est engagée à financer un système d'information énergétique ( SIE-Afrique) , il vise à assister la compagnie centraficaine Enerca pour améliorer le taux d'électricité le plus faible de toute l'Afrique ( 3% des habitants sont raccordés)

Corruption
La corruption plombe le climat des affaires. Environ la moitié de la production nationale de diamants et de bois Afrique et religionss'écoule en contrebande.

Religion
Près de 50% de la population est chrétienne dont 25% de catholiques et 25% de protestants. 15% des habitants sont de religion islamique. Le reste de la population, soit environ 35% reste fidèle aux religions africaines traditionnelles (animisme, génies, ancêtres, divinités).

Un président "malheureusement" connu :
Jean Bedel Bokassa

Mots clés : République Centraficaine , Centrafique

Le travail de l'ONG PORTES OUVERTES sur place

 

Publié dans Geopolitique

Commenter cet article

custom car accessories 30/07/2014 12:34

It is a positive movement by the Catholic Church and the Central African Muslim community to join hands together to fight against terrorism in the country. People are fed up with the internal attacks and life has become hectic for all. In that sense, this movement can restore the peace in the area.

Chris 30/07/2014 11:46

Post Nice. Merci.