historique et objectifs du commerce équitable

Publié le par Thierry T

Du Commerce solidaire , au Commerce équitable puis au développement durable , il n'y a qu'un pas . Cet article intéressant du site de Artisanat SEL  nous décrit les différentes étapes de la naissance de ce concept.

Bienvenue sur le blog de TT Page d'accueil Vente de timbres

Une économie sociale et solidaire pour mieux vivre ensemble , conférence débat à Montmagny le samedi  10 octobre - en savoir plus

1) Naissance du concept dans les années 50

a) Un mouvement contestataire

A la fin des années 50, l’ONG anglaise Oxfam (Oxford committee for famine relief) souhaite soutenir les populations locales des pays en développement tout en préservant leur dignité et développe la vente des produits de leur artisanat pour leur assurer un revenu régulier. Parallèlement, en 1959, SOS, une association caritative créée par de jeunes catholiques dans le sud des Pays-Bas, importe par solidarité des produits du tiers-monde.

b) Revendication politique : « Trade, not Aid »

En 1964, lors de la première Conférence des Nations Unies pour le Commerce Et le Développement (CNUCED) à Genève, les pays du Sud insistent sur la nécessité d’échanges justes. Leur slogan, « Trade, not Aid », traduit par « du commerce, pas de l’assistance », marque les esprits et définit, déjà, les frontières du concept de « commerce équitable ».

c) Un nouveau modèle économique

Dans les années 80, l’ONG Solidaridad (action chrétienne pour l’Amérique Latine) de Hollande importe du café mexicain par une filière de commerce alternatif. Le succès de ce système est tel que les débouchés deviennent insuffisants et les producteurs de café mexicains font cette demande en 1986 : « Aidez-nous à vendre notre café sur le marché à bon prix ».
Le 15 novembre 1988, le premier café labellisé Max Havelaar arrive sur le marché néerlandais par les voies de la distribution classique. En 1991, artisanat sel introduit le « label » en France, commercialisant, du même coup, le premier produit alimentaire de sa gamme.

2) Trois types d’associations autour du même objectif :

a) Un courant humaniste religieux

Fortement développé dans les pays à culture protestante comme l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas ou la Suisse, ce courant spécifique posera les bases et la philosophie du commerce équitable que l’on connaît aujourd’hui : la lutte contre la pauvreté et l’exploitation à la lumière de valeurs chrétiennes et d’une démarche basée sur l’amour du prochain.

b) Un courant tiers-mondiste

Initié par les ONG, les syndicats ou les partis politiques, ces militants engagés politiquement revendiquent ce type de commerce comme une alternative au commerce traditionnel : les précurseurs du mouvement baptiseront d’ailleurs cette démarche « commerce alternatif » et s’orienteront, dès le départ, dans la lutte contre l’échange inégal et l’exploitation du prolétariat.

c) Un courant de Développement Durable

Ce courant plus spécifique, lié à l’écologie et aux nouvelles énergies, apparaîtra bien plus tard, dans les années 90. Aujourd’hui, il s’impose de plus en plus comme une des valeurs fondamentales du commerce équitable grâce à une démarche respectueuse de la biodiversité et la notion de développement durable présente, tant au niveau social qu’économique ou environnemental.

3) Objectifs

Les objectifs du commerce équitable rejoignent sa philosophie et son fondement même : ils doivent en effet permettre à l’artisan, au producteur défavorisé de pouvoir vivre dignement de son travail, et d’anticiper l’avenir de son foyer avec sérénité.
Le commerce équitable s’inscrit dans une dynamique de levier de développement économique mais également, et surtout, comme une alternative aux actions d’aide et de charité humanitaires pour les personnes défavorisées mais capables de travailler. La grande majorité des acteurs du commerce équitable mettent en avant cinq orientations précises dans leur partenariat spécifique avec tous leurs ateliers :

• Assurer une juste rémunération du travail des producteurs et artisans les plus défavorisés, leur permettant de satisfaire leurs besoins élémentaires en matière de santé, d’éducation, de logement, de protection sociale.
• Garantir le respect des droits fondamentaux des personnes, en établissant des conditions de travail décentes (refus de l’exploitation des enfants, du travail forcé, de l’esclavage...).
• Instaurer des relations durables entre partenaires économiques, le but étant de créer et de favoriser les conditions permettant aux producteurs des pays pauvres de développer eux-mêmes une activité économique rentable et pérenne en leur offrant des débouchés commerciaux solides et viables.
• Favoriser la préservation de l’environnement grâce à des méthodes de production respectueuses de la nature selon une démarche de développement durable.
• Proposer des produits de qualité aux consommateurs.

Attirer l’attention des consommateurs sur la puissance de leur pouvoir économique en tant qu’acheteurs afin qu’ils puissent dans leur consommation courante être acteurs d’une alternative économique mondiale favorisant le développement durable, l’éthique, le respect des travailleurs, le respect de l’environnement et le dialogue Nord-Sud.
Ainsi, le commerce équitable privilégie le droit à la dignité humaine par l’activité économique.

Artisanat sel reprend ces objectifs de manière pérenne dans son travail quotidien et accorde une attention particulière à la juste rémunération, au respect des droits des artisans et des producteurs eux-mêmes, à la relation commerciale à long terme et à la protection de l’environnement.

Mots clés : développement durable , commerce équitable

Plateforme du commerce équitable
Plateforme du commerce équitable

Plateforme du commerce équitable

Publié dans Economie solidaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Quentin 15/04/2016 18:13

Hello,
Ton article est vraiment passionnant. J’ai appris pas mal de choses sur le commerce équitable. D’ailleurs, je ne savais même pas qu’il avait pris naissance dans les années 50 !

stop snoring 01/04/2014 07:29

This is the first time I am hearing about the Fair Trade Fortnight and was impressed by the objectives and targets! I am sure this new movement will aid people to sell their handicrafts without giving extra taxes. Big hands to the Mayor for his remarkable contribution!