"comme un maillon dans notre chaine de vie"

Publié le par Thierry T

"L'éléphant blanc me montre le chemin ....à toi de le suivre . Merci d'être un maillon de notre chaine de vie . Alain Deloche

J'ai travaillé une petite année à la Chaine de l'Espoir , en tant que responsable de la comptabilité .L'objectif et les missions humanitaires véhiculées m'ont beaucoup touché. Leurs présidents , Alain Deloche et Eric Cheysson , des chirurgiens réputés , considérés bien souvent comme inaccessibles tant ils sont très occupés , sont remplis d'humanité quand ils nous partagent leur passion pour les enfants d'Afghanistan ou du Cambodge.

Bienvenue sur le blog de TTPage d'accueilVente de timbres

Dédié à Chantal , l'assistante d'Alain depuis le début ...
En Alain Deloche , j'ai découvert un homme chaleureux , passionant et passionné . Je voulais en savoir plus sur lui . Et c'est ainsi qu'il m'a donné l'occasion de le faire . Il m'a offert un de ses livres , "comme un éléphant blanc " , 430 pages , que j'ai parcouru dans l'espoir de mieux découvrir cette passion qui l'anime tant . La citation du début , c'est la dédicace qu'il m'a laissé . Pour être un maillon efficace , il me fallait donc lire ce livre - témoignage.
 
Je vais donc tenter de faire ressortir ce qui m'a profondément ému et intéressé dans ce livre .

1) Son enfance

Issu d'une famille protestante , relativement aisée , il savait ce qu'il voulait même si ses parents le trouvaient un peu "brouillon" et désorganisé . Seule sa grand mère le comprenait , surtout quand il a annoncé à ses parents qu'il voulait devenir chirurgien alors que rien ne pouvait préssentir de ses aptitudes à réussir dans cette branche , des études longues et difficiles ne pouvant pas lui convenir , à coup sur . Le soutien sans limite de sa grand mère l'a vraiment encouragé à suivre cette voie contre vents et marées .

2) Ses premières armes de chirurgien

Externe des hopitaux de Paris , à l'hopital Cochin , au début des années 60 , il a participé aux premières opérations où " il fallait ouvrir pour voir" alors que de nos jours , grâce aux nombreux progrès techniques dans ce domaine , "on voit avant d'ouvrir". Interne en 1963 , il allait réaliser les  nouvelles responsabilités qui l'attendaient. De temps en temps , remplacer un chirurgien en province était de bonne augure car il gagnait à la fois en expérience mais aussi en rémunération , salaire qui venait compenser celui d'interne.
 
Sa rencontre avec Alain Carpentier allait donner un sens à son orientation . Le monde de la chirurgie est en effervescence , il ne faut pas rater le train en marche . Il prend goût à la recherche pour aller encore plus loin . C'est de cette expérience qu'il décidera que sa spécialité sera la chirurgie cardiaque . Alain Carpentier était le premier éléphant blanc.

Ode à la valve mitrale ( extrait du livre )

3) Sa rencontre avec Bernard Kouchner et l'appel vers l'humanitaire

1971, Bernard Kouchner crée "médecins sans frontières" , Alain Deloche s'y inscrit comme membre par amitié . Mais au fond de lui , la médecine humanitaire est un objectif même s'il n'avait pas encore à cette époque "franchi le pas".
Le déclic est venu de l'association "Frères des hommes" qui l'a sollicité pour des interventions en Haute Volta ( Burkina Faso depuis 1984) , sa première mission .Vinrent ensuite l'Erythrée en 1974. Parralèllement à ses responsabilités de chirurgien , ses missions humanitaires sporadiques , Alain Deloche donnait des conférences régulières aux étudiants en médecine . Sa réputation était telle que les amphithéatres étaient pleins.
1979 allait être un tournant pour son engagement humanitaire , après avoir créé "Médecins du monde" avec Bernard Kouchner suite à la décision de ce dernier de sauver les "boat people" et l'incompréhension de Médecins sans Frontières de ne pas le suivre dans cette épopée. L'ile de Lumière allait naviguer en Mer de Chine cette année là ! . Le Vietnam , le Cambodge , la Thailande furent les pays où ce qu'on allait appeler plus tard '"les french doctors" intervenaient.L'horreur des situations de tous ces peuples , allait conforter Alain Deloche , dans sa mission humanitaire . Il s'est promis de ne pas "abandonner ces gens".
Puis vint le conflit en Afghanistan fin 1979 où les french doctors allaient se faire connaitre dans le monde entier.
En 1982 , Medecin du Monde était à frontière de la Thailande , en Birmanie chez le peuple Karen . Ils y sont resté 3 ans . Alain Deloche est resté longtemps dans la jungle birmane , loin de toutes civilisations , enseignant les interventions médicales de base et la chirurgie . Alain Deloche , en plus d'être médecin était devenu un "mercenaire" qui n'attendait rien en retour. Sa rencontre avec le père Ceyrac lui a également ouvert les yeux sur l'humanisme dans l'humanitaire . L'amour que nous devons apporter à tous ces peuples , au delà de toute logistique et d'aide matérielle. C'était en 1984 , Alain Deloche avait 40 ans !

4) A propos de l'éléphant blanc

Extrêmement rare, l'éléphant blanc est considéré en  Asie comme un joyaux inestimable. Leur particularité est perçue comme une manifestation visible de leur origine divine ; en conséquence de quoi, on croit depuis toujours qu'ils sont dotés de pouvoirs magiques. "L'éléphant blanc est porteur d'une sorte de magie qui révèle les trésors de compassion dont chacun de nous est dépositaire. Il faut seulement quitter les sentiers balisés des éléphants gris .."
A ce stade de sa vie , Alain Deloche avait rencontré trois éléphants blancs , Alain Carpentier , Bernard Kouchner et le père Ceyrac.
Quelques années plus tard , en 2001, au cours de l'inauguration d'un centre hospitalier au Cambodge , suite à la volonté tenace d'A. Deloche de construire ce centre là bas ,  les trois éléphants blancs étaient présents , signe de reconnaissance et de respect . Leur présence a suscité émotion et joie pour A. Deloche , car tous les 3 ont été un modèle pour lui ; sa vie et son engagement , c'est un peu des trois en même temps .

5) L'humanitaire en France ?

Quand le professeur Deloche est à Paris , ses pensées sont ailleurs , dans ces pays du tiers monde où les besoins sont immenses . En 1986 , après un séjour bref à Paris , il se rend en Erythrée avec Médecins du monde . Après plusieurs opérations chirurgicales réussies , dans un pays en éternel conflit , ces actions interpellent les médias . Cette année là , A. Deloche remplacait B. Kouchner à la présidence de Médecins du monde.
C'est à cette époque qu'Alain Deloche a pris conscience que la misère était aussi à sa porte , en France , et qu'il n'était pas prioritaire de faire le tour du monde tant les besoins grandissaient dans notre beau pays. Un petit deux pièces rue de la Clef dans le 13ème allait accueillir les premiers malades , et en quelques semaines , la demande ne désemplit pas . Il allait donc bien vite être trop petit , d'ou un transfert vers un local rue du Jura près de l'hopital de la Pitié.
"Mission France" était née et déjà les premiers journaux et médias relaient cette initiative qui réveille les consciences.
 
Suite à une visite de F.Mitterrand dans les locaux de Mission France , le revenu minimum allait être créé . Meme le monde politique a pris vraiment conscience de la réalité des exclus du territoire et de notre système de santé . 

L'après mur de Berlin : des pays qui s'ouvrent à l'humanitaire
C'était le cas du Vietnam , où même s'il s'agit toujours d'un régime communiste , celui -ci s'est ouvert petit à petit au monde extérieur . Alain Deloche et Eric Cheysson ont été invités par le Professeur Trung à visiter son pays , faire des conférences et un état des lieux de leurs hopitaux . Les besoins , tant en matériel qu'en formation étaient immenses.
Nos deux ambassadeurs français ou nos deux "french doctors" , dont la réputation était à son apogée , étaient également invités à Phom Penh au Cambodge . Même constat après la visite de l'hopital Calmette.

De nouveaux projets allaient voir le jour ...

6) Et la Chaine de l'Espoir dans tout celà ?

L'idée a germé quand Jacqueline Rougé est venu demander à A. Deloche , un matin de novembre 1988 ,  de trouver une solution pour soigner un enfant du Mali , resté là bas.
Jusqu'ici , le professeur Alain Deloche  s'est occupé de ces enfants en allant dans leur pays et en intervenant directement , pas facile , tant les besoins sont immenses . Il a également créé une structure pour répondre aux besoins des malades en territoire France . Mais pourquoi ne pas rappatrier des enfants étrangers pour les soigner en France , dans des structures plus adaptées ..la Chaine de l'Espoir était née. alain de loche fondateur de la chaine de l'espoirAu delà des soucis administratifs et logistiques ( visas, transport , cout de la journée en hopital , hébergement ) , les premiers enfants arrivent en France pour se faire soigner.

A. Deloche , durant toute son existence , a toujours eu compassion du malheur dont est victime des millions d'êtres humains . En homme d'action et rempli d'amour pour les autres , il est intervenu maintes fois en utilisant ses compétences pour le bien et le bonheur des autres . Un tel élan de générosité mérite qu'il soit soutenu . C'est la raison pour laquelle , de 1988 jusqu'à de nos jours , il y a toujours des donateurs , fidèles ou occasionels , le soutien financier est plus que primordial pour engager de telles actions . Je suis moi même donateur et je suis fier d'avoir intégré cette chaine.
Paul Nahon , le célèbre présentateur de Envoyé spécial sur France 2 , a été l'élément déclencheur de la médiatisation de l'action de la Chaine de l'Espoir , grace à un reportage qui avait ému la France entière .

a) Le premier enfant rappatrié

Ho Chi Minh ville , au Vietnam , le professeur A. Deloche opère des dizaines d'enfants qu'on lui soumet . Avec du matériel encore rustique , il ne peut pas toujours faire des miracles . C'est ainsi qu'il va proposer de rappatrier Than Thi , une petite fille de 7 ans , sa cage thoracique est asymétrique , bombée au niveau du coeur , elle a du mal à respirer et ne peut plus marcher.
Chantal , l'assistante des premiers jours d'A. Deloche va tout faire pour que les tracas administratifs soient levés , et quelques jours après , Than Thi et deux autres enfants pouvaient être rappatriés vers la France.
Une famille d'accueil les attend à Paris , le processus commence à se roder . L'opération chirurgicale se passe bien.
Than Thi retourne dans son pays , c'est le début d'un processus qui dure jusqu'à maintenant ou une moyenne de deux enfants chaque semaine , venus des quatre coins du monde attérissent à Roissy ou même à Lisbonne , Londres ou Bruxelles où des antennes de la Chaine de l'Espoir ont été ouvertes.

b) Entre Paris et Phnom Penh

Après un bref séjour au ministère de la santé , une nouvelle ère de la santé se profile à l'horizon , une gestion des coûts controlés qui amènera la fermeture d'hopitaux et la création de grandes structures . C'est le cas de l'hopital Georges-Pompidou .L'hopital Broussais va fermer ses portes et c'est une page qui se tourne pour A. Deloche qui se sent de plus en plus appelé par les besoins "ailleurs".Phnom Penh et la réhabiliation de l'hopital Calmette en 1990 ne suffisait pas . Un "Centre du Coeur" était un projet enfoui qui allait se concrétiser très vite grace à la médiatisation d'envoyé spécial de Paul Nahon. Le centre , inauguré en 2001 , sera amené à effectuer "chaque année plus de 20 000 consultations et 1000 opérations à coeur ouvert "
Des milliers de vies d'enfants ont été ainsi sauvées depuis , tous reconnaissants aux investissements et l'engagement de plusieurs personnes qui y ont cru depuis le début . Paris , Phnom Penh , l'Afrique puis Paris à nouveau , des conférences par ci par là , un engagement et une détermination de tous les jours , l'homme s'épuise et si durant plus de 30 ans c'est lui qui utilisait les instruments de chirurgie , cette fois ci , il ne pourra pas le faire .Opéré pour des complicatations de la vésicule biliaire , et donc du coté malade , il essaiera d'analyser les améliorations à apporter dans l'hopital public en France .

c) Après l'Afghanistan , le Cambodge , la Thailande , reste l'Afrique

La Chaine de l'Espoir s'est beaucoup engagée dans ces 3 pays , pays qui ont connu dans le passé des conflits et qu'il fallait aider à reconstruire.
L'Afrique , elle aussi, connait des conflits en permanence , conflits ethniques, religieux , civils , politiques et de nombreux enfants en paient le prix fort.
Et pourquoi pas la construction d'un institut du coeur , comme au Cambodge ou à Kabul . Seulement voilà , les financements ne sont pas au rendez vous et peu de partenaires veulent s'engager en Afrique . L'Afrique , c'est le challenge de la Chaine de l'Espoir ...

7) Ma conclusion

Ce livre témoignage est avant tout un traité d'amour , de justice , de compassion . S'engager dans la médecine humanitaire , c'est aimer son prochain , c'est désirer ardemment qu'il vive , qu'il retrouve une vie normale . C'est aussi dévoiler aux yeux de tous combien les inégalités sont immenses sur notre planète et qu'un simple geste , si petit soit-il , peux déjà combler les différences.
J'admire le combat , l'engagement , la ténacité d'Alain Deloche qu'il a accompli durant toute sa vie , et si quelques éléphants blancs l'ont conduit dans son cheminement personnel , après avoir lu son livre ( et j'ai le désir de découvrir les autres ) , je peux considérer dès à présent , qu'il est mon éléphant blanc

 Thierry T.

tag: éléphant blanc, chaine de vie, Alain Deloche

Publié dans Economie solidaire

Commenter cet article